CARNET DE VOYAGE, Nlle Calédonie, Océanie

LETTRE D’AU-REVOIR A TOI…CALÉDONIE

LETTRE D’AU-REVOIR A TOI…CALÉDONIE

par Alice

Nous sommes le 07 février 2018. Dans une semaine je te dirai au revoir, à jamais ou à toujours. Je pars pour un ailleurs, une nouvelle page de ma vie. Mais je t’emmène avec moi, cela est une certitude. Une année s’est écoulée. Un peu plus même. Et quelle année.

Calédonie, on te dit Française, mais tu es si singulière, unique…juste toi. Et je l’ai bien défendu auprès de notre famille et amis « zozos ». Bien des choses sont différentes ici. On parle Français, oui. Mais la langue française ne fait pas toute ton identité. Elle est un vestige de ton histoire, une trace pour ne pas oublier. D’ailleurs, ces caucasses expressions me le rappellent bien : on va baigner, je connais pas faire, je suis fin content, hoo l’enculé, casse pas la tête, à tal…et bien d’autres. Et cet accent si tranché et franc que l’on retrouve surtout en brousse. Il me rappelait souvent l’intonation bien pêchue de nos amis Belges wallons, chez qui nous avons vécu 4 ans.

« Casse pas la tête » est très certainement mon expression préférée et celle qui te caractérise le plus. Une année, loin des préoccupations stressantes, des obligations chronophages, et de la course après le temps. Le temps se vit au rythme du soleil, du lagon, du travail que l’on mêle aisément avec sa vie privée, des week end îlots, de la pêche, de la randonnée, du kite, de la plongée…Je me suis souvent surprise à penser que c’était possible : ne pas se sentir ensevelit vivante par le quotidien. Ton quotidien est doux, lent, reposant, ressourçant. J’aime à me dire que je te dis « à toujours » et que la porte reste entre ouverte. Même si je sais que la vie est imprévisible et que nous nous dirons peut-être « à jamais ». Ton quotidien est aussi loin. Loin de « chez nous », la métropole, de la famille et des amis. Mais il est aussi réconfort au quotidien. Ton climat, ton lagon, tes montagnes, tes habitants, ta décontraction…

Je pars en pensant à cette vie d’une année, avec « ses hauts et ses bas ». Oui, des bas, il y en a eu. S’adapter, concilier, lâcher prise. Nous sommes arrivés à deux. Nous repartons à deux. Mais l’entre deux n’a pas toujours été facile.Te découvrir, t’appréhender, t’apprivoiser, toi et les tiens. La vie sur Poé, banlieue « village vacance et vie dorée » qui nous a complètement déconnectée mais aussi montré que cette vie existe. Une vie faite d’un soupçon d’insouciance, d’un brin de légèreté et de beaucoup de possibilité.

14 février 2018, je suis dans l’avion, direction la Nouvelle Zélande. C’est émue, nostalgique que je m’installe dans l’avion. A ce moment-là, je repense à tous les « hauts » vécus avec toi. C’est souvent comme ça… on part, on quitte une terre, des gens, des souvenirs et seuls les bons moments viennent à l’esprit. Ces moments hors du temps près du plus beau lagon du monde; ces moments partagés de repas conviviaux; ces rencontres, peut-être éphémères mais sincères, qui ont fait que cette année fût remplie de simplicité à la façon « kasspalatête »; mon travail et mes patients, tous avec leur singularité; ce rythme de vie où l’esprit est libéré, légé; ces fruits: mangue, pomme liane, ananas, fruit du dragon, banane, papaye, jack; cette faune et flore terrestre/marine et tellement d’autres choses…Tu es si riche de cultures, de dialectes, de paysages, de gens.

Reviendrons-nous ? Nous ne connaissons pas la réponse. La seule chose dont je suis sûre, c’est que cette année nous a marqué, changé. Calédonie, tu as posé ton empreinte sur nous, nous te quittons remplis de souvenirs, à jamais.

A toujours, à jamais.

ON RESTE EN CONTACT ?

————

TU AS AIMÉ CET ARTICLE ?

Dis-le nous ! Cela nous fait toujours plaisir

————

UN COMMENTAIRE-UNE QUESTION ?

N’hésite pas, nous nous ferons un plaisir d’y répondre !

————